Classé dans :

Georges Courteline a marqué la littérature par ses critiques acerbes de la misogynie, la paresse, la hiérarchie et l’autorité. « Les Boulingrin », « La peur des coups » et « Gros chagrins » décrivent des situations surréalistes où les héros jouent double jeu. Qu’il s’agisse de jalousie excessive, de reproches infondés entre maris et femmes, d’insultes ou de bagarres, tout tourne à l’exagération. Mise en scène : Didier Carrier.

Samedi 10 octobre – 20h30 – Agora 2

Tarif adulte : 8 € et 5 € – de 18 ans